Rechercher

“Je vais éteindre ta descendance“

Les rapports d'antisémitisme se multiplient dans les écoles de Sydney



Un élève juif d'un lycée de Sydney s'est entendu dire par un autre élève qu'il allait remonter le temps et devenir Hitler pour "traquer sa famille et supprimer sa lignée".


Ce n'est qu'une des allégations qui ont été révélées depuis que le Sun-Herald a révélé la semaine dernière que l'antisémitisme était en hausse dans les écoles de la banlieue Est.


La mère du garçon, étudiant au Rose Bay Secondary College dans la banlieue est, a déclaré qu'elle avait depuis rencontré à ce sujet le directeur de l'école.

Par ailleurs, une mère d'une école privée de Sydney a téléphoné au NSW Jewish Board of

Deputies (Conseil des représentants juifs de Nouvelle Galles du Sud -NDT) pour signaler que son fils avait vu un garçon juif être enfermé dans un casier et aspergé de déodorant pour simuler une chambre à gaz nazie, tandis que d'autres élèves riaient et filmaient l'incident. Elle n'a pas nommé l'école, mais a dit que l'incident s'était produit plus tôt cette année et qu'elle pensait que l'école était au courant.


La semaine dernière, le Herald a révélé que l'école privée pour garçons de Cranbrook était confrontée à plusieurs cas d'intimidation antisémite, y compris une vidéo d'un garçon effectuant un salut nazi en uniforme pendant qu'il était à l'école.

Certaines familles se sont adressées directement au Herald et ont révélé l'identité des écoles en question, estimant que c'est le seul moyen d'obtenir un changement culturel. D'autres ont partagé ces informations avec le Conseil des Représentants, qui représente la communauté juive, avec les noms des écoles caviardés.


Deux écoles spécialisées, James Ruse Agricultural High et North Sydney Boys High, enquêtent également pour savoir si leurs élèves ont participé à un salon de discussion privé en ligne géré par des garçons de terminale de Knox Grammar, où les élèves partageaient des contenus misogynes, racistes et violents.


Le directeur de Cranbrook, Nicholas Sampson, a envoyé un courriel aux parents vendredi pour répondre à la couverture médiatique du salut nazi et à la réponse de l'école, affirmant que les articles contenaient "plusieurs inexactitudes matérielles, étaient trompeurs et avaient été écrits sans tenir compte du bien-être des élèves concernés". Le Herald maintient son reportage.

"Quelle que soit l'école, publique ou privée, il devrait être plus facile de se manifester, de dénoncer et signaler les brimades que de les commettre" a déclaré Darren Bark, directeur général du Conseil juif des Représentants de Nouvelle-Galles du Sud.


Un ancien parent de Cranbrook a déclaré à ce journal vendredi qu'elle était au courant de brimades antisémites à l'école, notamment l'apparition régulière de symboles nazis, et ce depuis 2017.


Mme Sampson a déclaré que les comportements antisémites étaient "odieux" et que l'école prenait des mesures actives pour y remédier. Cela comprend des assemblées scolaires et une excursion au musée juif de Sydney pour les élèves de 9e année.

Le Herald peut maintenant révéler que le Rose Bay Secondary College était l'école publique non nommée dans l'histoire de la semaine dernière, où les intimidateurs utilisaient l'application de messagerie Discord pour envoyer des messages tels que « j’espère que ta famille va être

gazée ».


Un porte-parole du ministère de l'Éducation a déclaré que lorsque le Rose Bay Secondary College a été informé d'incidents antisémites à l'école, il a pris des mesures immédiates pour y mettre fin et a fourni des conseils aux élèves touchés par ce comportement.


Lors d'une récente assemblée, les élèves ont entendu un enseignant dont les parents ont survécu à l'Holocauste et un élève qui a remporté un concours d'art oratoire en racontant l'histoire de son grand-père qui a agi pour sauver d'autres personnes pendant l'Holocauste.


Le ministère de l'Éducation dispose d'un certain nombre de programmes d'éducation antiraciste et d'inclusion culturelle, tandis que les élèves de toutes les écoles de la Nouvelle-Galles du Sud apprennent l'Holocauste nazi dans le cadre de cours d'histoire obligatoires ou optionnels.


Le Conseil des Représentants a lancé un portail en ligne pour faciliter le signalement des brimades antisémites et choisir de fournir des détails ou de rester anonyme.

Bien que la banlieue est de Sydney ait la plus grande population juive de Nouvelle-Galles du Sud, Darren Bark, a déclaré que les rapports avaient afflué de tout le pays. Dans un cas, dans une école indépendante des Northen Rivers, un garçon de 7ème année a fait semblant de tirer sur ses camarades avec ses doigts en forme de pistolet et a dit "tirez sur le juif".


M. Bark a déclaré que les écoles elles-mêmes devraient disposer d'outils en ligne similaires pour recueillir des rapports sur tout comportement antisocial ou harcèlement, et pas seulement sur l'antisémitisme.


"Quelle que soit l'école, publique ou privée, il devrait être plus facile de se manifester, de dénoncer et de signaler les brimades que de les commettre", a déclaré Bark. "Ce n'est pas le cas actuellement".


Il a également déclaré que les familles hésitaient à signaler des comportements de ce type par crainte de représailles de la part des intimidateurs ou d'être étiquetées comme des fauteurs de troubles par la direction de l'école.


Le ministère de l'Éducation a mis en place un formulaire de commentaires et de feedback en ligne au bas des pages Web des ministères et des écoles, avec possibilité de garder l’anonymat.


Une étude universitaire récente a révélé que les brimades à caractère religieux étaient très répandues parmi les élèves chrétiens, musulmans, hindous et juifs dans les écoles australiennes.


Selon l'avocate Mariam Veiszadeh, les rapports transmis par le registre de l'islamophobie font régulièrement état d'incidents dans les écoles. Pour tous les groupes d'âge, Mme Veiszadeh a indiqué que les auteurs étaient principalement des hommes, tandis que les cibles étaient surtout des filles et des femmes musulmanes, souvent plus visibles en raison de leur tenue vestimentaire.


Selon elle, les possibilités de signalement anonyme sont importantes, mais les personnes qui tiennent un registre doivent être conscientes du risque de faux signalements.


Les groupes de défense des droits des personnes LGBTQI affirment que les brimades homophobes et transphobes restent un problème grave dans les écoles et que le fait que les écoles privées ne soient pas soumises aux lois anti-discrimination n'arrange rien.



6 vues0 commentaire